• Suivre Jésus avec Marie
Suivre Jésus avec Marie

Suivre Jésus avec Marie

Comme sainte Thérèse de Lisieux, proclamée Docteur de l'Église le 19 octobre 1997, saint Louis-Marie Grignion de Montfor t (1673-1716) est l'un des auteurs spirituels de la Tradition Vivante de l'Église qui a enseigné avec la plus grande clarté l'universalité de la vocation à la sainteté. Ses écrits, comme ceux de la petite Thérèse, ont connu un immense succès dans le Peuple de Dieu. Au travers d'incalculables éditions et traductions de ses oeuvres, sa théologie vécue éclaire pour tous les baptisés le sens, la force et la beauté uniques de la présence maternelle de la Vierge Marie dans le mystère du Christ, de l'Église et du chrétien. Dans un style à la fois rigoureux et accessible à un large public ce nouveau livre du père Etienne Richer invite à prendre la mesure de la richesse et de l'actualité d'un message plus que jamais vivant et agissant dans l'Église. Une Église résolument appelée à témoigner à temps et à contre-temps de l'«Amour de Jésus que nous cherchons par Marie». Parce que la foi cherche l'intelligence des mystères dont elle vit et que la charité veut connaître la vérité qu'elle aime, le propos de l'auteur consiste à faire resplendir la science d'Amour de Jésus en Marie dont le bon Père de Montfort est un témoin si éminent. Dans sa préface, le père François-Marie Léthel reconnaît dans cet ouvrage une vraie contribution à l'examen de la cause de saint Louis-Marie comme possible Docteur de l'Église. Vraie pédagogie de sainteté au service de la croissance sans limites de l'Amour de Jésus en Marie au coeur de l'Église et du chrétien, la doctrine mariale de saint Louis-Marie Grignion de Montfort a été l'une des sources principales de la théologie spirituelle et de la mariologie du pape Jean-Paul II (1920-2005). Comme chacun le sait, ce dernier a fait du Totus Tuus montfortain sa devise et le coeur de son testament spirituel. C'est pourquoi la lecture du Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge et des autres écrits montfortains se révèle un éclairage précieux et incontournable pour pénétrer les secrets de la théologie mariale de Jean-Paul II et, à son exemple, Suivre Jésus avec Marie. Etienne RICHER, né en 1960 à Poitiers, est membre de la Communauté des Béatitudes depuis 1985 et prêtre depuis 1992. Tout en assumant divers services de gouvernement, il a consacré ses études de théologie spirituelle à Rome (Teresianum) à l'approfondissement de la doctrine mariale de saint Louis-Marie Grignion de Montfort. Le présent livre constitue l'intégrale de la thèse de doctorat de l'auteur qui est aussi membre de la Société Française d'Études Mariales. Extrait du livre : POURQUOI ET COMMENT LIRE GRIGNION DE MONTFORT Un jeune professeur de philosophie dont les recherches s'orientaient vers les sciences de l'éducation, se vit un jour signifier par un universitaire de grande renommée : «ah, la pédagogie, mais c'est la philosophie du pauvre !». Sans autre forme de procès, le philosophe pédagogue se voyait ainsi qualifié, au sens péjoratif, de pauvre philosophe. Outre le caractère méprisant du propos, point n'est besoin de l'examiner longuement pour y discerner l'expression d'un jugement en forme de dévaluation affichée de la qualification philosophique d'une réflexion approfondie sur l'éducation. Or, comment les questions liées à l'anthropologie, à la pédagogie ou à la psychologie de l'éducation pourraient-elles être traitées avec sérieux sans une réflexion critique sur la vision de l'homme et la sagesse de vie à lui proposée ? Et comment le philosophe pourrait-il se désintéresser de l'homme en croissance, y compris intérieure, sans cesser de facto de faire oeuvre d'intelligence philosophique ? Si une telle anecdote et les questions qu'elle provoque trouvent à nos yeux une place significative, bien qu'inattendue, au seuil de la présente lecture théologique des écrits spirituels de saint Louis-Marie de Montfort, c'est parce qu'elle peut aider à stigmatiser une autre forme de dépréciation qui n'est pas sans analogies avec celle que nous venons d'évoquer. Les esprits forts ne manquent pas en effet pour voir dans la doctrine montfortaine une théologie du pauvre au sens péjoratif de pauvre théologie. Et plus largement il n'est pas si rare de rencontrer une dévaluation assez comparable de la qualification non seulement philosophique, mais proprement théologique, des efforts d'intelligence de l'éducation à la vie de foi, et donc de la réflexion en matière de pédagogie de sainteté. Or, comme l'a exprimé récemment un spécialiste de théologie pastorale : «Eduquer à la foi, c'est déjà s'adresser à des sujets "éducables", dont on a appris à connaître les besoins, à chacune des étapes de leur croissance. Les défis du travail éducatif en sa globalité seront donc présents lorsqu'on abordera le terrain de la foi, mais ils en recevront aussi une qualification théologique : on ne peut voir dans l'éducation à la vie de foi un simple cas particulier de l'éducation en général [...] la réflexion suppose un regard de foi, et prend donc une qualification théologique [...] : réflexion de la raison pratique intrinsèquement illuminée par la foi, sur la vie et l'action ecclésiale, donc réflexion de théologie pratique». Extrait de l'introduction Voir la suite

  • 2840242672

  • Beatitudes Eds