• Flandry, défenseur de l'empire terrien
Flandry, défenseur de l'empire terrien

Flandry, défenseur de l'empire terrien

L'Empire terrien régente quatre millions d'étoiles. De lointains descendants de la planète mère y côtoient des milliers d'espèces étrangères au sein des cultures et des sociétés les plus diverses. Or les premiers symptômes de la décadence frappent au­jourd'hui ce colosse repu; dans les palais de Terra où viennent s'entasser les richesses de la Galaxie, le sybaritisme et la corruption le gangrènent déjà. L'Empire néglige ses frontières. Et une puissance expansionniste guette chacun de ses faux pas. Mais les agents de l'Empire veillent encore, qui franchissent les gouffres entre les mondes pour retar­der l'échéance de la Longue Nuit. Dominic Flandry est de ceux-là le plus prestigieux. Après Agent de l'Empire terrien, voici deux aventures de Dominic Flandry, deux romans de space opéra inédits en français, l'oeuvre d'un maître de l'âge d'or. Poul Anderson (1926-2001) est un des auteurs phares de l'âge d'or de la science-fiction américaine, sept fois lauréat du prix Hugo. Ses ouvrages les plus connus sont La patrouille du temps et Les croisés du cosmos. Extrait du livre : L'étincelle haute dans le firmament s'était enflammée. Le point scintillant commençait à se déplacer dans le ciel. Flandry s'approcha de l'écran et régla le grossissement. La torpille n'était qu'une fine peau d'aluminium, bientôt étreinte par les serres d'un aéronef puis écorchée par son bec. Le messager avait la force de se débarrasser de son assaillant, mais pas la pers­picacité pour le faire. Du reste, la charge subie l'aurait anéanti de toute façon. Il poursuivit son ascension, mais pas bien loin avant qu'un circuit crucial ne se brise. C'est ce qui l'acheva. Les serres le lâchèrent et il plongea vers sa destruction. «Voilà ce que je craignais», murmura Flandry. L'aéronef reprit sa position. Trois autres le rejoignirent alors. «Ils ont dû sentir notre messager ou être appelés, dit Flandry. Pas la peine d'en lancer un autre, hein ? Leur énergie nous sera utile pour d'autres choses.» Djana, toujours hébétée, jeta son arme et s'effondra en larmes dans ses bras. Il lui caressa les cheveux et la réconforta. Elle finit par se remettre, le regarda et, la gorge serrée, lui dit en hoquetant : «Tu es content, n'est-ce pas ? - Eh bien, je ne peux pas dire que ça me désole, admit-il. - Tu... tu préférerais mourir que... - Que vivre en esclave ? Oui, cliché ou non, je crois que c'est ça.» Elle l'observa un long moment. «Très bien, dit-elle calmement. Alors on est deux dans ce cas.» Voir la suite

  • 2841723410

  • Atalante

  • Dentelle Du Cygne

  • Dentelle Du Cygne